TOUDOUZE – LA VENGEANCE DES PEAUX-DE-BIQUE

En 1896, les éditions Hachette publient La vengeance des Peaux-de-bique (1793) de Gustave Toudouze enrichi de 52 dessins de Julien Le Blant, dont 16 hors texte, gravés par Devos, Privat, Rousseau, Steinmann, Romagnol et Léveillé.

« La Vengeance des Peaux-de-Bique, par Gustave Toudouze, est un fragment de l’histoire vendéenne. Claude Bodereau, dit Peau-de-Bique, est un de ces héros de la lande et du bocage qu’on admire malgré l’indignation que peut soulever leur rébellion criminelle, faisant cause commune avec les Prussiens et les Anglais qui envahirent la France en 93. Le jeune chouan a pour frère de lait un petit tambour républicain, Fanfan Rataplan. Cet émule de Bara après avoir délivré la mère et les sœurs de Peau-de-Bique, prisonnières à Laval, tombe entre les mains du royaliste. Il pense être tué, mais heureusement une réconciliation s’opère entre les deux frères ennemis, prélude de celle que Hoche devait réaliser entre la Vendée et la mère-patrie. C’est Julien Le Blant, le peintre les Chouans, qui a illustré ce récit. Les cinquante-trois dessins de la Vengeance des Peaux-de-Bique fait de ce roman très intéressant, très littéraire, une véritable œuvre artistique. » (L’Attaque)

Comme transition de l’histoire aux œuvres d’imagination, M. Gustave Toudouze nous donne dans la Vengeance des Peaux-de-Bique, un ouvrage qui participe des deux genres. Le fond de ce récit, c’est l’épopée guerrière des Bleus et des Chouans, dans le Maine, la lutte des batailleurs de Mayenne et des paysans vendéens fanatisés par un chef mystérieux, « Loup-Garou », le vieux sorcier. Au premier plan, se dressent deux jeunes héros, le royaliste Claude Bodereau, dit Peau-de-Bique, et Fanfan Rataplan, le petit tambour républicain, deux ennemis acharnés, qui finissent par se réconcilier quand ils découvrent qu’ils sont frères de lait. Cette œuvre, l’une des plus émouvantes que M. G. Toudouze ait tirées de sa fertile imagination, est superbement illustrée de 53 compositions de M. Julien Le Blant, le célèbre peintre des Chouans. (Journal des débats politiques et littéraires du 21 décembre 1896)

« La Vengeance des Peaux-de-Bique, par Gustave Toudouze, — Le fond de ce roman, c’est l’épopée guerrière des Bleus et des Chouans, dans le Maine, la lutte acharnée des bataillons de Mayence et des paysans vendéens fanatisés par un chef mystérieux, « Loup-Garou », le vieux sorcier. En face du jeune Claude Bodereau ou Peau-de-Bique, l’ardent défenseur de la cause royaliste, se dresse Fanfan Rataplan, le petit tambour, qui poursuit sans trêve son ennemi jusqu’au jour où il apprend que celui-ci, dont la mère et les sœurs sont prisonnières à Laval, n’est autre que son frère de lait. Il sent dès lors tomber toute sa haine, entreprend de sauver les captives et y réussit ; mais il tombe juste à ce moment sous les coups de Peau-de-Bique qui, à son tour, est laissé pour mort. Finalement les deux frères se réconcilient sous l’égide de Mlle de Grave, la bonne fée secourable dont la figure plane doucement sur ce drame étrange et sanglant, qu’emplissent le frisson des grands bois et le hurlement sinistre de la chouette. Julien Le Blant, le célèbre peintre des Chouans, a magistralement illustré l’œuvre de G. Toudouze. » (La Libre Parole 14 décembre 1896)

« Enfin, le roman historique est présent, un roman de chouannerie : La vengeance des Peaux de bique, écrit, avec le souci de la vérité, par Gustave Toudouze. C’est une des grandes épopées républicaines, la lutte des bataillons de Mayence contre la Vendée fanatisée. Toudouze a lait revivre les passions aux prises, et les a évoquées dans leurs décors exacts : vieilles villes, campagnes du Maine, grands bois mystérieux où gémit la chouette. Il a été aidé en cela par son illustrateur, M. Julien le Blant, qui s’est fait, comme on sait, une réputation à reconstituer les scènes de cette époque et de cette région. » (La Justice 24 décembre 1896)

« La Vengeance des Peaux-de-Bique, par Gustave Toudouze, retrace la guerre des Bleus et des Chouans dans le Maine. L’auteur s’est efforcé de vanter les mérites des uns et des autres, mais on voit que ses sympathies sont pour les premiers. […] On redressera comme il convient quelques-unes des appréciations ; mais on remarquera les dessins toujours vivants de M. Julien le Blant. » (La Gazette 24 décembre 1896)

Le carrefour de la belle étoile

Ce livre écrit en 1986 par Anne Bernet était resté inédit. Les illustrations originales de J. Le Blant ont été réalisées en 1896 pour le livre de Gustave Toudouze « La Vengeance des Peaux-de-Bique ». Curiosité, ou cadeau inespéré fait au lecteur : tel peut apparaître Le carrefour de la Belle-Etoile, longue nouvelle, ou bref roman, comme bon vous semble, qu’Anne Bernet écrivit en 1986, au tout début de sa carrière et qui représente, si l’on excepte ses chansons et ses articles, sa première œuvre littéraire, à ce jour restée inédite. Le lecteur retrouvera pourtant dans ce texte de jeunesse l’essentiel, déjà, de sa thématique et comme un avant-goût des livres à venir. L’Ouest, les Chouanneries, la Vendée, Dieu, le Roi, tout s’entrecroise dans cette histoire d’une vengeance, et d’une rédemption, en apparence également impossibles. Au fil de ce récit mis en abîme, riche en rebondissements, où l’influence de Barbey d’Aurevilly, comme celle de La Varende se devine, revivent deux siècles d’ancrage dans les antiques fidélités catholiques et royales, tour à tour incarnées dans des personnages drolatiques ou tourmentés, mais jamais exempts de grandeur.

BALZAC – LES CHOUANS

C’est en 1877 que julien Le Blant découvre cet ouvrage qui va bouleverser sa carrière et faire de lui le « peintre des chouans ». En 1889, il réalise plus de 100 dessins pour une réédition de luxe des Chouans de Balzac, tirée à 1000 exemplaires par Emile Testard. Drame historique, récit d’aventures, tragédie d’amour, Les Chouans, ou la Bretagne en 1799 forment le prologue de La Comédie humaine.

Pour écrire ce drame historique, Balzac séjourne à Fougères chez son ami Gilbert de Pommereul dans une bâtisse qui est aujourd’hui le presbytère. Julien Le Blant vient à son tour dans la ville pour préparer ses illustrations.

Vue de Fougères par J. Le Blant

Résumé

Nous sommes à la veille du 18 Brumaire. Bientôt va sortir des limbes cette société nouvelle que Balzac a pour ambition de peindre. Mais, aux confins de la Bretagne et de la Normandie, c’est encore l’affrontement sans merci des « manants du roi » et des soldats de la République. Sous la conduite d’un chef intrépide et juvénile, le marquis de Montauran, les Chouans pillent, rançonnent et terrorisent les patriotes. Cinq ans après l’insurrection de la Vendée, cette nouvelle guerre des partisans est une affaire d’Etat. Comment abattre Montauran et disperser ses hordes de pillards insaisissables, vite engloutis par la brume ou les chemins creux du bocage normand, après chaque coup de main ? Le génie ténébreux du meilleur espion de Fouché y suffirait-il s’il n’avait su placer dans son jeu la sublime figure de Marie de Verneuil ? Des douves sanglantes de la Vivetière à la redoute du Nid-aux-Crocs, nous suivons Montauran et ses terribles lieutenants – Marche-à-terre, Pille-miche, Galope-chopine – jusqu’à l’ultime assaut où se jouera leur destin.

Présentation de l’ouvrage dans Le Monde Illustré.

Critiques de l’époque

« Julien Le Blant, peintre des chouans, ne pouvait pas manquer d’illustrer LesChouans d’Honoré de Balzac. Ce sera chose faite pour l’éditeur Emile Testard en cette année 1889 avec la réalisation de 110 dessins. « C’est un nouveau succès pour cette jeune librairie, succès aussi pour le puissant illustrateur Julien Le Blant. Nous pouvons affirmer, en effet, sans crainte de nous tromper, que les amateurs accueilleront les Chouans avec la même faveur que la Chronique du règne de Charles IX, ce remarquable volume à peu près épuisé aujourd’hui. Il nous semble inutile de parler du livre en lui-même. Il suffira de rappeler qu’il fut écrit sur le terrain du drame, au milieu de souvenirs récents encore, parmi les ruines. Ce fut le premier succès de l’écrivain. On y voit Balzac, ce n’est pas là un médiocre intérêt, commençant à fouiller le sillon duquel il ne devait plus sortir. Les Chouans datent de 1827. Ils parurent à deux années de là. Dans ce récit enfiévré et sinistrement mystérieux des suprêmes convulsions de la guerre civile en Bretagne, on trouve largement développées déjà l’acuité de vision, l’intensité du réel, la description patiente et minutieuse, la finesse d’induction, la force d’analyse, l’observation tenace et impitoyable, la pénétration physiologique et psychologique qui firent la puissance de l’auteur de la Comédie humaine. Même parvenu à l’épanouissement complet de sa manière, rarement Balzac évoqua de son cerveau des types mieux accusés, mieux tout d’une pièce que Marche-à-terre, le chouan féroce, et Hulot, le commandant républicain.

Esquisses de chouans

Si M. Le Blant s’est senti à l’aise pour illustrer l’œuvre de Balzac, il n’est pas besoin de le dire. Dès la première page, il se trouve comme chez lui. Nulle part la lutte, le dédale des événements, la foule des acteurs et des comparses ne l’intimident. Il est à tout et partout. Il se prodigue, l’esprit alerte, l’œil grand ouvert sur les personnes et les choses, et, d’un crayon bien aiguisé, suivant le texte pas à pas, dessine cent images, tantôt violentes et passionnées, tantôt gracieuses et charmantes. On jurerait que toutes les compositions sont prises sur le vif, au moment précis de l’épisode, tant elles ont le tour juste, l’accent exact de la vérité. En un mot, c’est l’instantanéité de l’attitude, du geste, de l’expression, avec, en plus, la certaine note personnelle qui signe toujours de son empreinte l’originalité d’un artiste de race. Le peintre du Bataillon carré et de la Mort de d’Elbée a trouvé dans le livre si intéressant de Balzac un cadre s’adaptant parfaitement au milieu qu’il a si consciencieusement fouillé. Il n’a pas manqué de déployer à souhait, sous toutes leurs faces, les qualités maîtresses de son pittoresque et souple talent. M. Léveillé, le graveur de tous les dessins, les éloges qu’il mérite. M. Le Blant a trouvé en lui un interprète du plus sérieux savoir. Ses bois, d’un dessin ferme et précis, dénotent également la puissance d’un coloriste. Sans compter, il a mis au service de l’œuvre toutes les ressources d’un art où il rencontre peu de rivaux. Avec de tels auxiliaires, le tirage étant limité à mille exemplaires, nous pensons que le succès du livre est assuré. Nous savons, du reste, que la majeure partie de l’édition est déjà souscrite, que les grands papiers font prime, et ce n’est que justice. » (Le Livre. Revue du monde littéraire 1889)

« C’est une émouvante histoire que celle de ces bandes de partisans conduits par des chefs énergiques qui tinrent tête à des troupes régulières parfois très supérieures en nombre. Elle a inspiré plus d’une légende et toute une littérature les romans de Barbey d’Aurevilly, le Chevalier Des Touches, l’Ensorcelée, et ce merveilleux livre de Balzac, les Chouans, qu’on a eu l’heureuse inspiration de rééditer avec de superbes dessins de M. Le Blant, le peintre de Charette et des Vendéens, l’homme le plus capable de comprendre la rude poésie des escarmouches derrière les haies. Ce fut une guerre de forêts et de fossés, une succession d’engagements isolés plutôt qu’une grande guerre, où, par la rapidité de leurs mouvements, des hommes très exercés, marcheurs intrépides, opérant par petits groupes et s’évanouissant dans les bois pour se reformer plus loin, tenaient l’ennemi en haleine et donnaient l’illusion de forces nombreuses. La configuration du bocage normand, semé d’immenses bois coupés de sentiers étroits, favorisait puissamment cette tactique. Certains administrateurs voulaient détruire toutes les clôtures des champs à quelque distance des chemins. Mais l’état moral du pays était un facteur non moins important dans la chouannerie. » (La Nouvelle revue novembre 1889.)

« On conçoit que nous ne parlerons pas du livre : c’est le premier succès de Balzac, et ce succès remonte à 1829. Il ne s’agit que de l’édition, mais elle en vaut la peine. « Les Chouans » forment le second volume de la superbe collection artistique que la librairie Testard a récemment et brillamment inaugurée par la « Chronique du règne de Charles IX ». Pour illustrer le dramatique roman de Balzac, l’artiste était tout indiqué : c’était le peintre du « Bataillon carré » et de la « Mort de d’Elbée », M. Julien Le Blant. Le livre lui offrait un cadre depuis longtemps familier. Dans cette Bretagne sauvage, qui n’est plus celle d’aujourd’hui, mais que son imagination fait revivre avec une rare puissance, il est à l’aise, il est chez lui. Ce n’est pas seulement dans Balzac qu’il a vu Marche-à-Terre, le chouan féroce, c’est dans les chemins creux, derrière les buissons de la vieille terre bretonne en proie aux convulsions sinistres de la guerre civile. Pour graver ses dessins, M. Leblant [sic] a trouvé en M. Léveillé un interprète du plus sérieux savoir, connaissant toutes les ressources d’un art où il rencontre peu de rivaux, et qu’on a si grand tort de dédaigner : la gravure sur bois. » (L’Illustration)

« Si M. Le Blant s’est senti à l’aise pour illustrer l’œuvre de Balzac, il n’est pas besoin de le dire. Dès la première page, il se trouve comme chez lui. Nulle part la lutte, le dédale des événements, la foule des acteurs et des comparses ne l’intimident. Il est à tout et partout. Il se prodigue, l’esprit alerte, l’œil grand ouvert sur les personnes et les choses, et, d’un crayon bien aiguisé, suivant le texte pas à pas, dessine cent images, tantôt violentes et passionnées, tantôt gracieuses et charmantes. On jurerait que toutes les compositions sont prises sur le vif, au moment de l’épisode, tant elles ont le tour juste, l’accent exact de la vérité. En un mot, c’est l’instantanéité de l’attitude, du geste, de l’expression, avec, en plus, la certaine note personnelle qui signe toujours de son empreinte l’originalité d’un artiste de race. Le peintre du Bataillon carré et, de la Mort de d’Elbée a trouvé dans le livre si intéressant de Balzac un cadre s’adaptant parfaitement au milieu qu’il a si consciencieusement fouillé. Il n’a pas manqué de déployer à souhait, sous toutes leurs faces, les qualités maîtresses de son pittoresque, mâle et souple talent. Nous sommes heureux aussi de donner à M. Léveillé, le graveur de tous les dessins, les éloges qu’il mérite. M. Le Blant a trouvé en lui un interprète du plus sérieux savoir. Ses bois, d’un dessin ferme et précis, dénotent également la puissance d’un coloriste. Sans compter, il a mis au service de l’œuvre toutes les ressources d’un art où il rencontre peu de rivaux. Avec de tels auxiliaires, le tirage étant limité à mille exemplaires, nous avions bien raison de dire en commençant que le succès du livre est assuré. Nous savons, du reste, que la majeure partie de l’édition est déjà souscrite, que les grands papiers font prime, et ce n’est que justice. » (Paris 2 juillet 1889)

Pourquoi le choix de cet ouvrage?

« Voici encore un fort beau livre édité par la maison Emile Testard qui a entrepris la vaste, difficile et coûteuse publication de l’édition illustrée de Victor Hugo, dite édition nationale. Ce volume est le second de cette collection artistique inaugurée par la Chronique de Charles IX, de Mérimée. Il n’y a qu’à louer le luxe et le caractère artistique de ces éditions. Mais pourrait-on demander ce qui, dans l’œuvre de Balzac, a fait choisir les Chouans pour les confier au crayon de M. Le Blant, dont les illustrations du Chevalier des Touches de Barbey d’Aurevilly, et le Départ de La Rochejacquelin, au salon de 1886, ont démontré la connaissance spéciale de l’insurgé vendéen. C’est donc l’artiste qui a décidé du livre à illustrer ? Je ne vois guère en effet d’autre raison justificative. Les Chouans ou la Bretagne en 1799, écrits en 1827, sont un des premiers écrits de Balzac, le premier roman qu’il signa de son nom. C’est une sorte d’imitation de Walter Scott, d’une lecture pénible. Balzac ne s’est jamais bien tiré de son intrigue embrouillée. Avec Une Ténébreuse affaire, c’est l’œuvre la plus confuse et la plus faible de toute la Comédie humaine. Les illustrations de M. Julien Le Blant, gravées sur bois par Léveillé, pouvaient seules donner quelque intérêt à cet ouvrage d’un romanesque vieillot et d’un-attrait fort mince. » (L’Écho de Paris 6 août 1889)

Le graveur

L’excellent graveur de l’ouvrage se nomme Auguste-Hilaire Léveillé. Il est né à Joué-du-Bois le 31 décembre 1840. Elève des graveurs Jean Best et Laurent Hotelin, il est à l’aise dans tous les procédés de gravure, avec une préférence pour le travail sur bois. Il travaille à partir des années 1860 pour les meilleurs périodiques du moment comme Le Magasin pittoresque, L’Univers illustré, L’Art, la Revue illustrée, Le Monde illustré, ou la Gazette des beaux-arts. Il grave également de nombreuses vignettes anatomiques pour des traités de médecine. Son travail de peintre est montré au Salon de 1873. Il devient à partir des années 1880 l’un des graveurs des œuvres sculptées d’Auguste Rodin. Le 3 avril 1894 il est nommé chevalier de la Légion d’honneur. D’après des dessins de Le Blant, il réalisera encore 161 gravures sur bois pour Le Chevalier de Maison Rouge d’Alexandre Dumas, 50 gravures pour Enfant perdu 1814 de Gustave Toudouze et quelques autres pour La vengeance des Peaux-de-Bique du même Gustave Toudouze. Il meurt le 12 avril 1900 au boulevard du Montparnasse à Paris.

Portfolio contenant les 100 gravures

En 1890, Emile Testard complète son édition des Chouans avec un autre portfolio de 13 pages contenant 8 compositions de Julien Le Blant gravées à l’eau-forte par Émile Boilvin et préfacé par Jules Simon, homme politique et membre de l’Académie française.

« On se souvient sans doute que la maison Testard a publié récemment une superbe édition des Chouans, de Balzac, illustrée par Julien Le Blant de plus de cent compositions gravées sur bois par Léveillé. Pour compléter cette illustration, pour enrichir encore le volume, l’éditeur publie aujourd’hui un album de planches hors texte. Ces planches, gravées à l’eau-forte par Boilvin, représentent huit sujets nouveaux dessinés par Julien Le Blant, huit compositions importantes. Elles sont tout à fait remarquables. Les excellents artistes semblent s’y être eux-mêmes surpassés, l’un ingénieux en ses compositions, imprévu, pittoresque, coloré et vivant, l’autre plus habile que quiconque à traduire les délicatesses exquises ou les accents robustes de ses modèles. » (Paris 26 décembre 1889)

Fils d’un commerçant, Émile Boilvin naît le 7 mai 1845 à Metz, en Moselle. Passionné par l’art, il s’inscrit à l’école des Beaux-arts en avril 1864. Il devient l’élève d’Isidore Pils et de Pierre Edmond Alexandre Hédouin. Il expose au Salon de peinture et de sculpture, dans la section “Graveurs français”, à partir de 1865. Il y obtient plusieurs médailles en 1877, 1879 et 1882. Il obtient le « Grand prix » de l’exposition universelle de 1889. Outre ses transpositions d’œuvres picturales, Émile Boilvin grave également des eaux-fortes originales. Il a eu pour élève Frédéric-Émile Jeannin.

« On sait que M. Testard avait donné récemment une édition raffinée des Chouans, de Balzac. Il la complète aujourd’hui par une remarquable préface de M. Jules Simon qui conteste l’étrange assertion que Balzac, psychologue profond, soit « un romancier sans style » et par huit planches hors texte, d’importantes compositions de M. Le Blant, gravées par Boilvin. Le peintre de la chouannerie était là à l’aise pour donner carrière à son talent pittoresque, coloré et vivant. Tout cela forme un régal de bibliophile. » (L’Année littéraire – Paul Ginisty.)

En 1890 toujours, l’éditeur londonien, John C. Nimmo publie une version anglaise des Chouans, avec les dessins de Le Blant, à 780 exemplaires. Elle a été traduite par George Saintsbury.

Le 16 février 1891 a lieu chez Drouot une vente des dessins ayant servi à illustrer Les Chouans de Balzac. Un beau catalogue de 32 pages ornées de nombreuses gravures annonce cette vente exceptionnelle qui va rapporter près de 22’000 francs. Ce montant témoigne de l’importante cote de Julien Le Blant à cette période, sachant que, la même année, La Vision après le sermon de Gauguin est vendue pour 900 francs chez Drouot.

« Cette illustration des Chouans, de Balzac, M. Le Blant l’a exécutée avec une rare conscience de vérité et d’exactitude ; la vérité, il la devait à l’écrivain dont son crayon était l’interprète ; l’exactitude, il se la devait à lui-même. Aussi, rien de plus remarquable que ses planches hors texte et ses dessins semés au hasard de l’inspiration, presque à chaque page. Il y a là plus de cent numéros qui racontent le livre de Balzac avec une fidélité étrangement vivante : le marquis de Montaisons et l’héroïne Mlle de Verneuil, Mme de Gna et Mouche-à-Terre, Galope-Chopine et Francine, le commandant Hulot et le comte de Beauvais, etc. Ils sont tous là, tous ceux qu’a dessinés l’imagination du grand romancier, tous ceux que ressuscite d’une plume alerte M. Le Blant, un maître lui aussi.  C’est presque avec regret que je verrai se disperser les morceaux de cette belle collection ; mais le succès non douteux de la vente sera un nouveau succès pour le sympathique artiste et, à ce point de vue spécial, il convient de nous réjouir. » (Le Soir 10 février 1891)

Annonce de cette vente exceptionnelle dans le The New York Herald du 16 février 1891

En 1900 et 1914, les éditeurs Calmann-Lévy sortent une nouvelle version des Chouans en reprenant les illustrations de Le Blant.